Images 1

mr brahim  bichara ven de publier un ouvrage sur les jeux traditionnels du patrimoine nnational au maroc et les acquisitions correspondantes

j'attends de le recevoir  ;et je juge que c'est un travail tres important de la part d'un homme de terrain en EPS au maroc ,soucieux de faire revivre au sein de nos etablissements scolaires le tres riche et fructueux passé national en termes d'activités physiques et ludiques (folkloriques; pourquoi pas) que les jeunes n'ont jamais connu et pourtant tres utiles pour eveiller le repertoire moteur chez l'enfant marocain tout en changeat ses representations et son identification par rapport a son pays et le vecu de ses ancetres

je remercie infiniment mr brahim bichara qui est entrain de rompre avec la passivité litteraire des laureats marocains en EPS tres arides sur le plan de la production d'ouvrages dignnes de ce nom

encore merci et bravo et je vous invite chers collegues à lire ce respectable enseignant

terchi mai 2016

        

 QU'EST DEVENu LE ROLE DE L'EPS DANS LA PROMOTION DU SPORT NATIONAL?

 

 

 

INTRODUCTION

la mediocrite du sport national aux manifestations internationales pour ne pas dire son absence larmante depuis le debutdu siecle nous interroge sur l'utilité des efforts au sein des ecoles marocaines pour produire ou detecter d'eventuels talents sportifs par le biais du cours d'education physique et sportive.

en tant que professeur d'eps au lycee, je me demande ce que vaut mon intervention  enseignante et non professionnelle sportive  si les clubs et les federations beaucoup mieux equipees et mieux encadrees n'ont p as pu produire des sportifs de niveau international

parlant de detection et d'orientation de jeunnes talents , l'ecole,lieu souvent du premier contact avec le sport proprement dit, semble jouer un role initiateur determinant.

ce nest helas qu'une hypothese au maroc que la realite du terrain dément certainement, car le cours d'EPS semble a mon avis avoir perdu son orientation et tatonne aveuglement depuis les reformes successives intervenues des les annees 1990 (orientations de 1991, note 111, livre blanc, charte nationale de l'education et de la formation 1999,orientations de mars 2000 et orientations de 2007).

dans un article que  je compte publier tres prochainement, je tenterais en m'appuyant sur mes idees et mon point de vue personnel, renforcé par un vecu et une experience longue de vingt deux années , d'explorer le sujet  sans bien sur pretendre à l'exhaustivité ou à la conviction totale des lecteurs que j'incite au contraire à participer et critiquer tout en injectant leurs idees dans le cours de ce debat

A BIENTOT               LE 30 septembre  2013

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                         

 

 

 

LA CONCEPTION ET LA PRATIQUE ACTUELLE  DE L’ATHLETISME A L’ECOLE

 

Depuis que le sport est adopté par l’école  dans les leçons d’éducation physique et sportive, il est enseigné sans grande modification de peur de dénaturer les activités  et leur apport culturel en termes de règles socialisantes et d’esprit de compétition.

 Les vertus du sport ont longtemps fait l’objet  des discours et de la pratique enseignante de l’ EPS. Des traitements didactiques sont opérés pour  maquiller les disciplines sportives en  matières scolaires adaptées aux différentes tranches d’ages  des écoliers.

En pratique, on voit  difficilement la différence avec la pratique sportive hors de l’école. La performance est  le but essentiel  des compétitions ou des apprentissages. Des barèmes sont conçus et une technique a suivre est  strictement respectée par la plupart des enseignants.

 

On  s’acharnait par exemple  en saut en hauteur à élever l’élastique  de plus en plus pour dépasser les autres dans ma classe de bac. On essayait de lancer le poids  plus loin que les autres  sans trop se soucier du comment ou de la sécurité. On  courrait crisper et sur une piste en terre dure ou en béton  en course de vitesse.

Je constate actuellement la même chose en tant qu’enseignant à quelques différences près quant aux équipements vestimentaires des élèves  par exemple.

Plus vite, plus haut  et plus loin est une trilogie  toujours présente en athlétisme, et à l’école  c’est un moyen de se montrer capable devant ses semblables.d’autre part.l’ecole est considérée comme une pépinière pour les futurs champions et  c’est un enjeu socio politique des nations. L’école rejoint donc le club quant a la poursuite des mêmes objectifs, notamment la performance sportive et la représentation internationale du pays.

 

 

 

L’ATHLETISME SPORT COUTEUX

 

La pratique sportive de compétition va à l’encontre de la constitution  biologique de l’homme. Créé pour marcher, courir ou sauter mais pas au delà de certaines limites lui permettant jadis de chasser, cueillir des fruits, ou se sauver pour échapper aux dangers des prédateurs.

Le corps humain est fait   de muscles, d’os et d’articulations qui ont un seuil de sollicitation.

L’augmentation excessive  des contraintes   peut conduire a des  dommages irréversibles. En plus pour l’enfant qui est en phase de croissance, les excès peuvent déformer, briser des os ou empêcher la croissance normale.

Imaginez par exemple  les  forces exercées sur l’articulation du genou lors d’un saut en longueur ou d’un triple saut,  les torsions subies par la colonne vertébrale lors d’un saut à la perche ou du fosbury, la tension  des muscles de l’épaule au lancer du poids ou du javelot.

 

Au niveau professionnel, l’athlète est longuement et miticuleusement préparé pour l’épreuve qui le concerne, une musculation spécifique est poursuivie pendant de longs mois   avec tout ce qui l’accompagne en termes de massages et de soins divers, sans oublier la préparation psychologique et sans parler des contre façons actuelles de plus en plus dévoilées lors des manifestations sportives.

L’équipement   allant de la chaussure  fabriquée sur mesure et conformément aux lois physiques et bio mécaniques , au sol de la compétition amortissant au maximum les chocs répétés exigés par les épreuves,en passant par le matériel hautement sécurisé (tapis de chute, haies lattes, sables  … )

 A l’école,   on ne veut authentique que la situation ou  l’activité physique. Les  terrains s’ils existent n’ont aucun rapport avec la sécurité et ne rappellent que vaguement le sport  en question.

Les élèves, quant à eux, viennent de diverses classes sociales dont l’aisée n’est qu’une quasi- exception,  pas de chaussures adéquates, ni de renforcements articulaires adaptés. Seulement une motivation attisée par les medias et animée la plupart du temps par un rêve  de faire comme tel ou telle..

Aucune prise en charge  parallèle à l’EPS n’est prévue ni localement par les projets des établissements, ni à haute échelle par les instances ministérielles.  Et on veut de l’école  un champ fertile  d’athlètes futurs, c’est  la délirante politique.

 

 

 

 

 

CONCLUSION

   

Dans les circonstances actuelles, je suis clairement contre la pratique  du sport brute à l’école et notamment certaines disciplines athlétiques.

Le triple saut, par exemple  nécessite  une préparation musculaire  prolongée et étudiée avec grand soin et par des spécialistes. Un suivi articulaire  aigu pour parer à tous les accidents irréversibles et .irrécupérables.

A l’école  deux pauvres heures hebdomadaires  et un simple homme d’éducation ne suffisent pas.autrement  nous contribuerons à préparer une jeunesse invalide, à effrayer nos jeunes enfants en leur plaçant dix haies de presque un mètre de haut et de les juger dessus, et à torturer les jeunes par une suite de sauts  néfastes a leurs articulation encore fragiles.

A l’école je vois le professeur d’EPS   qui parle de sport  en ignorant. Il ferait beaucoup  plus preuve d’ouverture d’esprit et de plus d’intelligence en éloignant la compétition et les records, et en se limitant simplement au progrès personnel et a la motivation, clé de réussite sociale et  ouverture sur une citoyenneté active, valeurs tant chantées dans nos textes officiels et nos orientations désorientées.

Le sport lui, a ses propres écoles qui utilisent leurs propres moyens et dont l’enjeu matériel  n’est plus à démontrer aujourd’hui, il  suffit de compter les sportifs morts subitement, ou en voie de mourir par les substances qu’ils ingurgitent ou s’injectent  systématiquement pour monter sur les podiums et  vivre richement mais  brièvement. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                         TERCHI ABDELILAH

                                                                                           2009-08-26

 

te




                                 


                                 

 NOUVEL AN 2013......ANCIENNES PRATIQUES



le changement tant attendu par chaque decidant educatif qui vient sur la scene politique nationale n a pas encore vu le jour dans notre chere patrie.les reformes se sont suivie depuis les annees 1980( pour ne pas aller plus ancien encore)! mais aucune lueur de changement n'apparait sur le terrain pedagogique si ce n'est les discours,les rencontres steriles et les notes et ecrits officiels et officieux tres dificiles a mettre en pratiques et qui restent tres souvent a l'ombre dans nos cartables ou sur notre disque dur(modernite oblige).

en education physique,l'attention est de plus en plus portee sur les activites sportives et les rencontres competitives dans le cadre des differentes federations sportives scolaires et les associations; c'est desormais le cheval de troie des inspecteurs et des enseignantqs qui sont avides de recnnaissance et veulent etre connus et reconnus par leurs superviseurs,conseillers pedagogiques et autres responsables.

on n'enseigne plus,on ne forme plus les hommes, les citoyens physiquement eduques,on anime les spectacles desolant car sans vrai niveau,et on remplie les feuilles de matchs et les rapports de competitions a l'attention de nos superieurs hierarchiques pour plaire a leur excellence; et le prix, c'est l'ecole nationale qui le paie en termes d'eleves incompetants et etrnels debutants.

je tire cette sonnette d'alarme pour eveileer les esprits encore dignes dans ce pays, et les enseinants encore fiers d'etre profs d'eps et volontaires pour apporter un plus infime soit -il a nos enfants en matiere d'education ;car le sport n'est plus l'image d'un pays qui agonise et recolte les defaites et les deceptions sur la scene mondiale(jeux olympiques,coupe du monde,coupe d'afrique et meme championnats nationaux).





                            terchi abdelilah janvier 2013
























                                                                           


        
 

















 

 

















































 

 

LES ETAPES DE L'INGENIERIE PEDAGOGIQUE

terchi abdelilah ,fevrier 2014

1. ANALYSE

celle des composantes de l'envvironnement de formation(competences, public, moyens a la disposition)

2.DESIGN

analyser le cahier des charges ou le projet a mettre en pratique

et voir comment transformer les competences en objectifs d'apprentissage ou pedagogiques

envisager les strategies pedagogiques(dispositifs, cadres spatio temporels)

definir les moyens pedagogiques( exposés,tests ou autres)

3.DEVELOPPEMENT

costruire des outils et supports de la formation(preciser les taches et leur mise en oeuvre)

4.IMPLANTATION

verbliser le syeteme d'apprentissage, le vulgariser ,l'annoncer aux apprenants

definir le mode d'intervention a privilegier(animation; suivi pedagogique)

5.EVALUATION

sert a reguler le dispositif pedagogique

voir les couts(car le but du design est de reduire les couts des projets et d'en augmenter le rendement)

explorer les possibilites de resultat.

NB: JE NE ME PRETENDS PAS AUTEUR, TOUT CE QUE J'ecris EST PUISE DANS LES OUVRAGES OU SIMPLEMENT SUR LA TOILE

les jeux traditionnels et les acquis

Vous êtes le 88536ème visiteur

Date de dernière mise à jour : 25/05/2016

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site